Le blog de cuisine-facile.com

Éloge de la cuisson lente


Éloge de la cuisson lente
Vous l'avez sans doute remarqué lorsque vous cuisinez, la cuisson est souvent une étape qu'on néglige un peu. Et c'est bien normal, en général c'est la fin de la recette, et mettre le plat au four est une petite délivrance (ouf, c'est fini !) qui nous libère l'esprit pour le reste : ranger un peu le chantier, faire un peu de vaisselle ou... commencer une autre recette.
32K 11 8 3.4
Noter cette page :

Dernière mise à jour : Le 9 Février 2011

Éloge de la cuisson lente
Comme on traite la cuisson un peu par dessus la jambe, on aime bien que ça aille vite, voir le plus vite possible pour profiter dès que possible du plat. On met donc le four chaud, voir très chaud, et plus vite c'est cuit mieux c'est.

Pour beaucoup de plats, lentement ou rapidement, chaud ou moins chaud, ça n'a guère d'importance, un gâteau par exemple, du moment qu'il n'est pas brulé, quand il est cuit il est cuit, il faut le sortir du four sinon il va sécher d'abord et devenir dur, et bruler ensuite.

Mais pour bien d'autres plats, et en particulier ceux qui contiennent légumes et viandes, un autre mode de cuisson est possible, c'est ce qu'on appelle "la cuisson lente" ou "cuisson à basse température".

C'est un principe bête comme chou : on baisse la température, et on augmente d'autant la durée de cuisson. La durée de cuisson est donc (beaucoup) plus longue, mais comme la température est bien moins élevée que pour une cuisson classique ils ne brulent pas.

Ce n'est pas du tout une découverte récente de la cuisine moléculaire ou autre, c'est juste un principe vieux comme le monde que nous redécouvrons aujourd'hui.

Avec cette cuisson longue, et il s'agit bien d'une cuisson, les aliments ne sont pas saisis par la chaleur du four, mais tout doucement amenés à la bonne température. Un plat célèbre de la cuisine Française qui applique ce principe est le fameux gigot de 7 heures.

gigot de 7 heures



Ce qui a deux conséquences principales :

1) Les aliments ne se dessèchent pas, la viande en particulier, reste fondante et est confite (on peut la couper à la fourchette).

2) les gouts sont sublimés, car la formation des fameuses réactions de Maillard est favorisée.

Bref, c'est vraiment tout en mieux, le seul revers de la médaille est qu'il faut beaucoup de temps pour pouvoir mener ces cuissons à bien, ce qui n'est pas toujours possible.

Un exemple concret : pour faire cuire un poulet au four de façon classique, on met généralement le poulet dans un four à 220°C (430°F) pour 45 minutes environ, et on obtient un poulet grillé ce qui est déjà très bon.

Pour une cuisson longue on enfourne le même poulet à 140°C (280°F) pendant 5 heures, et on obtient un poulet grillé d'un gout extraordinaire, et si fondant qu'il se mange à la fourchette, la viande se détachant toute seule des os, même sur la cuisse.

C'est le volatile de cinq heures.

volatile de 5 heures



Ce procédé peut être encore étalé dans le temps, mettez le même poulet dans un sac cuisson avec les légumes et herbes de votre choix au four à 100°C (210°F) pour 12 heures, vous serez surpris(e) du résultat.

Pour terminer, n'oubliez pas que la cuisson lente est plutôt un principe qu'une recette, alors température et temps ne sont pas des valeurs exactes, il vous suffit de rester en dessous de 150°C (300°F), au dessus de 080°C (180°F), et ensuite de moduler le temps de cuisson en fonction du résultat obtenu, mais avec un minimum de 2 heures. La règle logique étant : plus la température est basse, plus la durée doit être longue.

Une précision quand même : si vous comptez cuire une pièce de viande rouge en cuisson lente, vous obtiendrez un meilleur aspect en commençant par la saisir sur toute les faces pendant 1 minute dans un peu d'huile très chaude, et ensuite seulement en passant en cuisson lente.

Retourner en début de page

Derniers articles
La dissociation d'une préparation
La dissociation d'une préparation
Ça vous est peut être déjà arrivé : Vous préparez une sauce, une crème, une ganache etc. et puis tout d'un coup ou presque, l'ensemble se dissocie, et d'un mélange onctueux que vous prépariez avec amour, vous vous retrouvez avec un horrible truc avec une partie plus ou moins solide et une...
977 34 22 Janvier 2022
Les supers pouvoirs de la maïzena
Les supers pouvoirs de la maïzena
Je commence cette nouvelle année en évoquant un vieux produit, que vous avez très probablement dans vos placards, une poudre blanche, souvent dans un petit paquet en carton au look un peu désuet, seul le "sans gluten" est relativement récent, c'est simplement de la fécule de maïs, d'où son...
519 14 Janvier 2022
Le retour du trou normand
Le retour du trou normand
Vous connaissez sans doute le "trou normand", cette ancienne coutume gastronomique typiquement française qui consiste à se prendre un (petit) verre de calvados, généralement entre le dernier plat et le dessert ? C'est un truc qui semble un peu anachronique maintenant, s'envoyer un verre d'un...
1 301 18 Décembre 2021
Recette de Layer Cake d’anniversaire pour fashionista végane
Recette de Layer Cake d’anniversaire pour fashionista végane
Une de vos amies proches fête son anniversaire bientôt et vous avez envie de lui faire plaisir ? Si elle est végane, pourquoi ne pas mettre la main à la pâte pour lui concocter un gâteau d’anniversaire adapté à son engagement ? Découvrez comment réaliser un layer cake...
547 3 Décembre 2021 Article sponsorisé.
Éloge du Mont d'Or
Éloge du Mont d'Or
Connaissez vous le Mont d'Or, cet extraordinaire fromage du Haut-Doubs, au gout et à l'aspect unique, qui peut se déguster aussi bien cru que cuit ? Je vous en dis quelques mots, et avec quelques trucs sur la façon de le choisir et de le cuisiner. .
1 698 35 27 Novembre 2021
Autres pages que vous pourriez également apprécier
Faut-il piquer une saucisse avant cuisson ?
Faut-il piquer une saucisse avant cuisson ?
Si dans une recette vous utilisez une ou des saucisses, vous vous êtes peut-être déjà posé la question : Faut-il la piquer avant de la mettre en cuisson, ou pas ? Vous trouverez certainement autant d'opinion "il faut piquer" que de "il ne faut pas". Essayons un peu de démêler tout ça.
29K 62.4 29 Septembre 2018
Bien choisir sa planche a découper
Bien choisir sa planche a découper
C'est tout bête finalement une planche à découper, un bout de bois et hop ! on peut utiliser tranquillement son couteau sans risquer d'abimer sa table ou son plan de travail. Mais en fait c'est plus subtil que ça, car il faut bien faire attention à ce qu'on achète et en particulier la matière...
38K 54 8 Mai 2012
Des fruits qui peuvent ruiner votre gelée
Des fruits qui peuvent ruiner votre gelée
Pour faire une mousse de fruits il y a plusieurs méthodes, mais une des plus simple consiste à préparer une gelée de fruits (en gros un coulis de fruits frais et de la gélatine) et à mélanger cette gelée, avant qu'elle ne prenne complètement, à une crème chantilly. Le résultat est...
46K 23.6 6 Mars 2013
Les 3 sortes de meringue
Les 3 sortes de meringue
Une meringue, rien de plus simple finalement, ce sont des blancs d'œufs battus avec du sucre. On obtient une préparation assez épaisse qu'on fait cuire a four très doux pour obtenir de légers et délicieux gâteaux. Mais en pâtisserie, la meringue peut être déclinée de trois façons qui,...
35K 43.9 14 Juin 2013
Du bon usage des graines : La torréfaction
Du bon usage des graines : La torréfaction
En cuisine, et encore plus en boulangerie, on utilise des graines de différentes sortes comme du lin, du sésame, du pavot etc. Généralement, la ou les recettes qui les utilisent indiquent de tout simplement les ajouter telles quelle dans la préparation ou la pâte. Pour faire un pain aux...
40K 53.3 30 Janvier 2015
Poster votre commentaire ou une question
Posté par :
I am not a leaving thing
Vos 11 commentaires ou questions sur cette page
  • Oui, c'est bien ces inductions qui donnent la température, mais c'est celle du fond de la casserole, donc bien moins précis qu'un thermomètre plongé à cœur.
    Posté par jh le 21 novembre 2020 à 14h44 (n° 11)
  • Ce qui est pratique , c'est qu'il y a des plaques électriques qui donnent la température ; (l'induction) c'est interressant non , car le prix d'un thermomètre de cuisine dépasse les 15 euros quand même !
    il semblerait que c'est mieux la cuisson à moins de 100° pour tout, pas seulement pour la viande.... mais çà ne fait pas lever les gateaux à cette température là...
    j'ai essayé donc en fin de cuisson je met à 140° ...
    Posté par azalee le 21 novembre 2020 à 13h51 (n° 10)
  • Vous êtes fascinants HyperionZ et Diotime, vous n'avez même pas lu le titre de l'article, on ne parle pas ici de "cuisson à basse température" où vous semblez fort compétents, mais de "cuisson lente", ce qui est très différent...
    Posté par Ludo le 4 février 2015 à 17h57 (n° 9)
  • Précisions utiles pour la cuisson à basse t°:

    Sur le fond HyperionZ a raison, la forme quant à elle est discutable.
    La cuisson à basse t° (sous-vide ou non) s'opère à moins de 100°C. Cette température modérée (ex : 70°C !) en fait un procédé économique et par conséquent écologique.

    Voyez cette vidéo où Hervé This lui-même en parle et se livre à plusieurs expériences (émission du 4 nov.2011)> http://global.arte.tv/fr/rubrique/chronique-cuisine/

    La lecture de ce Pdf extrêmement instructif et documenté vous sera également utile. Il contient également des recettes, et des tonnes d'information au fil des pages ! > http://www.addelice.com/docs/guide_sous_vide.pdf

    Cordialement


    Cordialement
    Posté par Diotime le 15 juin 2012 à 12h33 (n° 8)
  • Mon fils, qui est cuisinier (étoilé) pratique aussi la cuisson des oeufs à 61° durant 8h00. Je crois que c'est 8 heures... Je lui redemanderais confirmation sur la durée.
    Jacques
    Posté par Jacques le 28 mai 2012 à 17h59 (n° 7)
  • Jean Hugue,
    C'est qui ce gugusse? Anonymous hypercon???
    Mais non... c'est surement une blague...
    Une caméra cachée peut-être?
    Posté par Jacques le 28 mai 2012 à 17h57 (n° 6)
  • C'est fou HyperionZ comment vous pouvez dire autant de bêtises en si peu de lignes !
    En famille nous sommes tous fans du volatile de 5 heures, en fait on ne cuit le poulet du dimanche que comme ça maintenant, et bien croyez moi il n'a pas du tout le gout de nuggets !
    Vous devriez essayer avant de dénigrer...
    Posté par Sarah le 1 février 2012 à 10h05 (n° 5)
  • Allez courage les gars. La cuisine c'est un vrai métier vous savez. Bonne dinette.
    Posté par HyperionZ le 31 janvier 2012 à 23h29 (n° 4)
  • Bonjour,

    Courage JH, courage. Il en faut avec des commentaires d'une telle suffisance.

    Bonne fin de journée
    Posté par jérôme le 27 janvier 2012 à 12h35 (n° 3)
  • Bonjour,

    Ce que vous écrivez, vous, ne manque pas d'arrogance, d'une certaine suffisance et avec un insupportable coté donneur de leçons.

    Nous sommes ici, faut-il le rappeler, sur un site qui s'appelle cuisine-facile et pas "réference-absolue" ou "la vérité vraie en cuisson" il s'agit de donner des recettes et des méthodes qui soient utilisables par tous, même si on a pas un thermomètre électronique chez soi.

    Je dis, et je confirme donc, que la cuisson lente à la maison peut très bien être mise en œuvre sans la rigueur, surfaite à mon avis, que vous prônez. Qu'on peut faire de délicieuses choses en s'appuyant seulement sur un temps de cuisson approximatif, et qu'il s'agit bien dans ce cas là de cuisine-facile.

    Pour ce qui concerne le volatile de 5 heures, vous n'en mangeriez pas dites vous ? Grand bien vous fasse, mais dans ce cas pas la peine d'affirmer que ça a un gout de nugget. Quand on ne sait pas de quoi on parle, il est sage de se taire plutôt que de dire des âneries, lisez plutôt les commentaires des internautes qui ont essayé et apprécié.

    Et enfin vous affirmez "mais comme vous mangez tout à la Chicago", qu'en savez vous ? Si vous faites référence à mon post concernant la viande bien cuite, vous êtes décidément très mal informé, Chicago ne signifie pas bien cuite mais bien plus que ça. A nouveau n'affirmez pas des bêtises sans savoir, vous ridiculisez votre argumentation.
    Posté par jh le 27 janvier 2012 à 08h43 (n° 2)
  • Bonjour!
    Ce que vous écrivez manque de pertinence, de connaissance et de pratique.
    La cuisine basse température doit être maitrisée et ne se fait pas au pifomètre comme vous le suggérez. Un filet de boeuf saignant doit atteindre une température de 52 degré à coeur avec un four à 70 degré par exemple. L'agneau, le porc, la volaille ont chacun des températures à coeur différentes. Sans évoquer les risques bactériologiques à de si basses températures, il est vrai que cette méthode de cuisson produit des résultats absolument sensationnels.
    Quant à votre poulet, je ne voudrais pas en manger. 5 heures à 150 degré produit une chaire sans plus aucune texture, digne des nuggets de poulet. Le mieux est l'ennemi du bien, mais comme vous mangez tout à la Chicago....
    Posté par HyperionZ le 26 janvier 2012 à 22h40 (n° 1)
Suivre cette page
Si cette page vous intéresse, vous pouvez la "suivre", c'est à dire que vous indiquez ici votre adresse e-mail, et ensuite, à chaque fois que la page est modifiée, ou commentée, vous recevrez immédiatement un e-mail personnel pour vous en avertir. Notez que vous devrez avant cela confirmer, toujours par e-mail, que c'est bien vous qui souhaitez suivre cette page.
I am not a leaving thing
Nota : Nous ne partagerons jamais votre adresse e-mail avec qui que ce soit.
Autre possibilité : vous abonner à la liste de diffusion de cuisine-facile.com, vous recevrez alors un e-mail pour chaque nouvelle recette publiée sur site.

Retourner en début de page